1952: Lé Vendrédi Saint – Good Friday

April 4th, 2014

Jèrriais Logo
Back

1952: Lé Vendrédi Saint – Good Friday

Office du Jerriais church, clothing, festivals

Eune articl’ye dé Douard L’Bro d’1952:
An article by Edward Le Brocq from 1952:

Lé Vendrédi Saint
Merrienne n’oublie pas

Moussieu l’Editeu,

Mêcredi au sé, j’dis à la Merrienne comme chonna: “J’ai fait une touônée dans les clios ch’t’arlevée, et si j’avons un mio d’sé cemain, je crai qué j’pouôrrai qu’menchi à griffoné Vendredi dans l’grand clios. Les v’la tchi s’en veinnent, et il est temps d’rêmué la tèrre, pour donné une chance ès réchines dé poussé.”

La bouonnefemme me r’gardit, d’un air sévèthe. “Griffoné des patates!” ou s’fit. “Sais-tu tchi jour que ch’est Vendredi, ou as-tu oublié?”

“Ah, vèthe,” j’l’y dit, après un moment. “Ch’est vrai, ch’est Vendredi Saint, mais, après tout, je n’vai pas qu’y’éthait grand ma à travaillyi dans man bétchet pour une heuthe ou deux. Tu dait savé, Merriennne tchi nos est dit tchi n’faut pas travaillyi l’Dimanche, mais j’n’ai jamais lieut que chonna s’applique au Vendredi Saint.”

“Oh, nan,” ou dit, “eh bon, te r’souveins-tu de tan jeune temps, et de chen qu’nou faisait chu jour-là?”

Je m’gratti la tête. “Oui, assez,” j’l’y dit. “Quand j’tais mousse, nou s’n’allait à la chapelle dans ses bouons habits, et nous êcoutait un sèrmon tchi vos êffrité, épis nou r’venait en temps pour dîné. Y’avait d’la mouothue et des fiottes. Mé, j’n’aimais pas trop la mouothue, à cause des héthèques, et j’dêtéstais les fiottes, car prèsque tréjous le lait avait brûlé. Mais siu j’dîsais que j’n’en voulais pas, ma mèthe me m’nichait du gal’tas, et don j’avalais, mais j’te garantis que ch’tait à contre tchoeu. J’éspèthe, Merrienne que tu n’me donn’nas pas des fiottes Vendredi.”

“Si-fait,” ou dit, “tu’en’éthas, après avait tait au tchulte avec mé. Et l’arlevée, après m’avé aîdgi à lavé la vaiselle, tu t’en îthas dans l’bouôn parleux lièthe un livre d’sèrmons. Ch’est d’même que nou dait pâssé l’Vendrédi Saint.”

“Oh, ch’est d’même,” je m’fit. “Et peux-tu m’dithe tchèsqu’y métt’ra les bêtes dehors, tchèsqu’y les r’muetha, tchèsqu’y néttitha l’êtabl’ye, tchèsqu’y traitha, et tout l’restant? Ch’est tout ben bouon d’allé à la chapelle ou à l’églyîse, et d’lièthe des sèrmons dans l’bouon parleux, mais y m’semblye que y’a d’autres choses à faithe, et je n’sommes que nos deux. Par exemplye, nou n’peut pas laîssi les pouôres bêtes san nouôrrituthe. Mais p’t’être que tu’as idée d’lûs donné d’la mouothue et des fiottes étout.”

“N’sais pas si bête, Ph’lip,” ou dit. “Y’a des choses tchi sont nécéssaithe, et y faut les faithe. Mais chu jour-là y faut laissi d’un côté chen tchi peut être fait un autre jour. Pûs tard nou pouôrra s’rêjoui, Lundi, par exemplye.”

“Sans doute,” j’l’y dit, “mais êcoute, Merrienne. qund j’tais mousse, j’n’éthais pas ôsé chérchi des nids ou grimpé un bouais pour vais si la pie avait ocquo ponnu. Mais une bordée, dans l’arlevée, yun des vaisins m’print jusqu’à la Grève de Lecq, et j’vit des scènes là que j’n’ai jamais r’oublié. L’s’aubérgistes taient pliènes, y’avait d’s’ivrognes partout, et d’s’hommes à s’battre avec les soudards tch’avaient lûs quartchiers là. J’fut prins d’peux, et j’couothit tout l’long du qu’min siez-nous.”

“Vèthe,” ou s’accordit, “ch’tait honteux à la Grève de Lecq dans l’arlevée, et ocquo pièthe au sé. Touos les mauvais sujets s’trouvaient là, et les membres d’la police réstaient siez-yieux. Mais, heutheusement, nou n’vait pas chonna au jour d’agniet. Les gens sont pûs civilîsés, et ch’ne s’sait pas pérmint. ach’teu, Ph’lip, j’ai ocquo temp[s, j’m’en vais t’féthé une bianche quéminse et une djêne et tu peux t’mettre à biétchiné tes bottes, et à bringi ta nèthe câsaque et tes brais. Comme chonna, tout s’sa prête pour Vendredi matin.”

“Y’a une chose que t’oublie,” j’l’y dit. “Man vier toppeur est tout mouaîsi et bétôt en telle. J’en avais honte quand j’fut à l’entêrrement du bouonhomme Tom Bétchet. Et je n’peux pas allé au tchulte sans chapé.”

“Porte-le drièthe tan dos,” ou dit, “et nou n’le vêrra pas. Dans la chapelle tu pouorras l’mettre souos l’banc. allons, dêpêche-té, va ramâssé tes bottes et t’s’ habits.”

Ph’lip
12/4/1952