Noué – Christmas

December 12th, 2015

Jèrriais Logo
Back

Noué – Christmas

Office du Jerriais Uncategorized

Noué

Bonjour, Noué, belle journée,
De qui, quand j’étais êfant,
J’attendais tant l’arrivé,
Qui me pllaisait tréjous tant.

Dans les prumiers temps d’la vie,
Nou ne rêve que bonheur;
Devant qu’ou nous seit ravie,
Nou rencontre le malheur.

Ocouo bein quand l’insouciance
Du jeane age n’s’en va pon,
Que nouz a tréjous confiance
En ch’qui paraît bel et bon.

Che n’était pas la friandise
De qui je m’occupais fort;
S’ous l’pensiez, i’ faut que j’dise
Qu’ous m’accuseriez à tort.

Mais i’ n’y-avait pas d’ardouaise,
De baguette ou de leçons;
Nou pouvait jouer tout ‘sen aise,
Rire et chanter des chansons.

La r’levée de la serveille,
De cloches nou ouiyait l’son;
A cht’-heu, nouz en creit merveille,
S’il y-a un ptit d’rêvillon.

Une diverse merveille,
Dont j’avons oui pâler tous,
Ch’est qu’à migniet d’la serveille
Les vaque sont à genoux.

J’n’ai aucune peine à l’craire,
Car en voulant se couochir,
La bête, pour l’ordinaire,
A couotume d’s’agenouillir.

Les tambours faisaient les fnêtres
Tressonner pus fort que l’vent,
Achet’-heu, nouz est commes prêtres
A condire un enter’ment;

Et il y’-avait des son’nies
Où-est qu’les notes du violon,
Si gaies et si rêvillies,
Faisaient sauter l’cotillon.

Les garçons en faisaient d’belles
En dansant la note à treis;
I’n’en dvaient rein es hardelles,
Comme ils écouaient les guérets.

Tout paraît bon à sa plleche:
La prière et le sermon;
Mais j’veurs etou que nous faiche
Du run pour danse et chanson.

P.L.

La Gazette Officielle de Guernesey 26/12/1874