1914: Both Ladies Volunteer (1)

September 9nd, 2014

Jèrriais Logo
Back

1914: Both Ladies Volunteer (1)

Office du Jerriais First World War, history

Quand la Grande Dgèrre fut dêcliathée, un tas d’femmes fîtent du mangnifique travas dans la noss’sie et les mannifactuthes. Laizé et Lonore Pain tout coumme n’taient pon des pus au-faites:

When the Great War started, many women did splendid work in nursing and factories. The volunteer work of the ladies of the Pain family was however less than splendid:

Both Ladies Volunteer

J’fumes, mémée et mé, a l’office du Gouverneux, pour lus dithe que j’avaimes décidé d’lus offri nos services coumme neusses pour lus soudards. J’fumes r’chues par un grand maigre a moustaches avec un long sabre, qui nos dit d’passé par ichin si vos pliait. J’entrimes dans un parleux ou-ès qu’y’avait eunne douzaine ou d’mème d’officiers a èscrithe, a d’vizé, et, dans eunne carre, deux d’yeux ‘taient a pratitchi l’un contre l’autre ov lus sabres. J’n’eut que d’m’èsvonni!

Quand j’eumes dounné nos noms, âge, profession (v’la tchi les fit se r’dréchi quand mémée dit que j’vivaimes de nos rentes!) lieu d’tchulte, “married or single” et si j’avaimes jommais neussé d’vant. Mémée lus dit que pour de lyi oul ‘tait mathiée, méthe de famille; et qu’ou savait faithe de l’onguent d’vertes figues bouollyie dans d’la graisse de caouin pour les morouitte. J’lus dis qué, pour de mé, j’n’en savais pas si long sus ch’la, mais que tout d’même, si n’y’avait qu’a, j’n’ethais pas peux d’allé a la pompe rainchi l’baissinne dans tchi y’ethait yeu du sang d’soudard. “J’ai veu tué d’s animaux (respé d’vous)” que j’ajouoti – en m’bouchant l’s ouies pour ne pon oué l’bri des sabres des siens qu’etaient a pratitchi.

Après nos avé pzées (mother pése 97 et mé 168), m’zuthé not’ hauteu, cratchi nos degts pour s’asseuthé qu’j’avaimes les jointuthes souplyes, et r’gardé si les smelles de nos bottes ‘taient en bouan r’pathe; i’ nos dites: You’ll do! Y’un d’yeux ouvri eunne armouethe et en dèshalli un pagas dans tchi qui mint eunne p’tite scie a t’non, un tchoppeur, des pinchettes, du fi et d’s’adjulles, des boutelles de difféthente couleu, des bouetes d’onguent, et tout plien de ouadinne. Et pis y’en eu yun qui s’en vint s’assiéthe tout près d’mé ov un p’tit livre de “First Aid.” I’ m’montri les portraits qu’etaient d’dans, en m’éxplyittchant ch’qui fallait faithe dans chaque cas: et coumme le jour baissait et qu’nou n’viyait pon pus clié qu’cheunna, j’fumes oblyijis d’nos catinné un mio pour poué y vaie. I’ sentait a poudre! et si n’m’avait r’tenue par la talle j’m’en allais m’èsvonni sus s’n èspaulette.

Morning News 19/8/1914

(à siéthe)