Vive l’Amour!

February 2th, 2020

Jèrriais Logo
Back

Vive l’Amour!

Office du Jerriais history, Jersey Evening Post

Pouor la Saint Valentîn, né v’chîn eune histouaithe dé George d’La Forge.

Here for Valentine’s Day is a story by George F. Le Feuvre, first published in 1981.

Vive l’amour!

Trenton,
Michigan, USA,
Lé 15 d’août, 1981.

Moussieu l’Rédacteu,

“I’ n’faut pon s’emmouothachi d’la preunmié hardelle qué nou rencontre,” Papa nouos disait eune séthée auprès l’thée quand j’tions au pid du feu.

“Bon!”, s’fît Manman, “tch’est tch’i’ t’fait nouos donner d’s avis entouôrre les femmes? J’sai bein qué jé n’tais pon la preunmié fille à tchi qu’tu fis des doux yeux!”

“Tu’as raîson, ma femme!” i’ lî dît. “Mais nouos y v’là – tu n’tais pon la preunmiéthe qué j’allis r’condithe auprès l’églyise, mais tu fus la preunmiéthe tchi m’fit m’emmouothachi!”

“Eh bein, n’en v’là, eune histouaithe,” Manman lî dît. “Tu sai bein qué ch’tait l’contraithe – ch’tait té tchi t’emmouothachis d’mé!”

“P’t-êt’ bein, don!” s’fît Papa. “À ch’t heu qu’tu l’dis, i’ mé r’veint à l’idée qué dès la preunmié fais qu’j’allis t’èrcondithe, ch’tait comme si les p’tits amours m’avaient chuchoté tchiquechose extâsieux à l’ouïe quand tu m’embraichis!”

“Oh mais!” s’fît Manman, “comment qu’tu peux dithe d’ité? Lé p’tit George s’en va t’craithe. Tu sai bein qué jé n’té laîssis pon m’embraichi la preunmié fais!”

“N’împorte,” i’ lî dît. “La preunmié ou deuxième fais. Tchi difféthence qué v’là tchi fait? Cupidon ‘tait en travas en nouot’ faveur, et j’lî d’vons èrconnaîssance. Lé vièr diton nouos dit tch’i’ n’y’a pon d’belles amours sans dêtours. Heutheusement, j’n’en avons pon ieu pour dithe, dé dêtours, et j’n’ai janmais ieu r’gret d’aver abandonné la mé pour nouos mathier. Et comme mes connaîssances dévant t’èrcondithe dé l’églyise n’étaient qu’les filles des Cap’taines à bord des navithes quand y’en avait tchiquefais, et qué j’avais l’avis d’saver tch’i’ n’taient pon întérêssies dans un sîmpl’ye naviguant, dans man cas les vielles amours et tîsons brûlés, comme nouos l’dit un aut’ vièr diton, sont des feux tchi n’ont pon ieu bésoin d’êt’ ralleunmés.”

“Tch’est qu’ch’est qu’un Cupidon?”, jé d’mandis à Papa.

“Eh bein, man garçon,” i’ m’dît, “Cupidon ‘tait l’dgieu d’amour des Romains, et y’a d’s estatues d’li à Rome, en Italie. Et nou dit tchiquefais qu’des p’tits amours sont des Cupidons, mais tu’es acouo trop janne pour t’embêter la tête des choses dé même.”

“Mais chein tchi m’a fait pâler d’emmouothachinn’nie quand tu m’as înterrompu,” Papa dît à Manman, “est chein qu’j’ai ouï dans la forge à matîn. Âmice Le Roux est v’nu aver san bidet féthé, et i’ pathaîssait tout attristé. Comme j’tions touos seurs dans la forge i’ m’a conté ses peines. Il allit en Sèr y’a trais ou quatre ans et s’emmouothachit d’eune Sèrtchaise. Ch’tait la preunmié fais tch’i’ s’était întérêssi dans eune janne fille, car i’ d’meuthe au Creux Baillot auve sa m’mèe tch’est veuve et estropiée et marche ès êcaches. I’ n’a pon grand’ sorte d’mênage, quat’ ou chîn vrégies d’tèrre, et i’ n’a pon grand sou ni fort d’ambition, mais i’ lus graient bein ensembl’ye li et sa m’mèe et mênagent à vivoter trantchilement. Y’a eune chose qué j’ai tréjous admithé d’li. Ch’est tch’i’ paye argent comptant pour autcheune chose qué j’fais pour li dans la forge. Né v’là tchiquechose d’èrmèrquabl’ye ches jours quand quâsi touos les fèrmièrs né peuvent payi qu’eune fais par an. Êvidemment, Âmice mênage à mett’ deux-s’trais sou d’côté quand i’ vend ses patates, pour subithe à lus p’tits bésoins entre les saîsons.

“Mais pour èrvénîn au sujet d’ses amours,” Papa continnuit. “Pour tchiques années eune vaîsinne v’nait lî’aidgi à souangni d’sa m’mèe. La vaîsinne a pèrdu s’n homme et s’est trouvée êpithotée et sans l’sou. Âmice s’est décidé d’la mathier et oulle est consentante. Ché s’sait un mathiage idéal tch’aiguethait à Âmice à souangni d’sa m’mèe et veindrait au s’cours dé la vaîsinne êpithotée en même temps. Mais justément quand il ‘tait prêt à amather l’noeud d’mathiage, né v’là-t-i’ pon tch’i’ r’chet eune lettre dé sa Sèrtchaise lî disant qu’ou veurt vénîn pâsser ses vacanches siez li, et i’ n’sait pon comment s’en dêfaithe.

“I’ m’a d’mandé m’n avis, et j’lî’ai r’quémandé dé s’mathier tout d’suite auve la veuve, et d’êcrithe à la Sèrtchaise à lî dithe tch’est qu’en est. I’ m’a affirmé tch’i’ n’taient pon engagis et tch’i’ n’y’avait janmais fait d’accraithes et tch’i’ n’avait pon ouï pâler d’lyi pour pus d’un [an] et qu’lus seule correspondance avait ‘té l’êchange d’eune carte d’Noué. Ch’est en tchi l’mathiage d’Âmice né dév’thait pon lî faithe dé peine, et en fîn d’compte i’ veindra au s’cours dé la veuve et vaîsinne. Et i’ n’est pon bésoin d’aver d’longs amours pour faithe un bouân mathiage.”

George d’La Forge